L’Augmention mammaire L'augmentation mammaire concerne les femmes dont les seins sont peu développés

Cette technique se pratique depuis les années 1960. L’augmentation mammaire concerne les femmes dont les seins sont peu développés, ou dont le volume mammaire a diminué. Cette chirurgie permet de remodeler la poitrine afin de lui donner un volume plus important en adéquation avec le souhait de la patiente. Pour ce faire, le chirurgien va introduire par une incision, une prothèse souple qui va créer le volume manquant.

Il existe deux sortes de prothèses, l’enveloppe est toujours en silicone mais elles sont soit remplie de solution physiologique, soit remplie de gel de silicone. Aujourd’hui les implants en gel de silicone font l’unanimité pour un aspect plus esthétiques et un toucher plus naturel

Réussir son intervention d’augmentation de la poitrine

Chaque patient est unique, les informations sont donc personnalisées car de nombreux critères interviennent dans la décision et le choix des techniques.

Pour qu’une intervention d’augmentation mammaire soit parfaitement réussie, il faut au préalable analyser précisément l’anatomie de la patiente, la taille, la forme des seins, la silhouette du thorax, la qualité de la glande , de la peau et le désir de la patiente. En effet, il s’agit de définir si votre désir et votre anatomie sont compatibles afin d’obtenir le résultat voulu, garantissant un aspect naturel et respectant une récupération post- opératoire rapide.

Comme dans toutes les opérations de chirurgie esthétique, la relation chirurgien – patient est primordiale. Celui-ci doit comprendre votre demande et vous devez vous sentir comprise.

Le chirurgien est là pour vous informer sur les conditions, le déroulement et les risques possibles de l’opération. Le chirurgien devient votre médecin, vous garantissant le conseil et l’écoute.

Le choix de son chirurgien est un élément important dans la réussite de l’intervention, il faut se sentir bien avec lui. Je vous conseille vivement une première consultation pour vous faire une idée précise de ce que vous pouvez attendre de cette opération et en cas de doute lors de cette consultation, vous pourrez toujours demander une deuxième consultation qui sera gratuite.

Des examens sont nécessaires tels que la prise de sang, électrocardiogramme et la mammographie.

L’intervention

L’anesthésie générale est souvent la règle, avec l’administration de sédatif pour alléger les douleurs post-opératoires.

Plusieurs techniques sont utilisées en fonction des cas, l’incision est cachée dans l’aréole, elle peut être sous le sein ou dans l’aisselle. L’implant prothétique peut-être placé devant ou derrière le muscle. Ou en position dite « dual plan » qui permet d’avoir une prothèse placée derrière le muscle sur sa moitié supérieure et derrière la glande sur sa moitié inférieure.

La position de la prothèse et des cicatrices dépendent de votre demande et de votre sein initial. Le choix final sera décidé avec vous, en vous expliquant les avantages et les inconvénients de chaque technique afin de choisir la méthode « sur mesure » qui vous donnera le meilleur résultat possible.

L’intervention dure environ une heure.

La sortie se fait habituellement le lendemain avec ou sans un soutien-gorge de maintien. Dans tous les cas le soutien-gorge ne doit pas vous faire mal. En effet un soutien-gorge trop serré peut faire remonter les prothèses et ainsi altérer le résultat.

Les suites post opératoire

Les douleurs post-opératoires sont à type de courbatures et atténuées par des antalgiques et des décontractant musculaire.

Douche possible dès le lendemain à la Bétadine de préférence.

Les seins sont gonflés surtout durant le premier mois.

Les activités sportives peuvent être reprises après 4 à 6 semaines.

Les numéros de téléphone de la clinique, du cabinet et éventuellement du chirurgien vous seront communiqués. Des visites de contrôles seront effectuées à 8 jours (indispensable), 15 jours, 1 mois, 2-3 mois, 6 mois, 1 an et tous les ans. Le Dr Diacakis ne fait pas payer ces consultations de contrôles.

Un repos d’une semaine est absolument nécessaire pour éviter « une coque »

Les implants doivent être changés tous les 10 à 15 ans. Cette intervention se fera le plus souvent en ambulatoire et pratiquement sans douleur même si une augmentation de volume est désirée.

Qu’est ce qu’une coque ?

Une des principales complications à connaître est le phénomène de coque qui existe dans environ 3 % des cas. Il peut être éviter dans un grand nombre de cas par un repos post opératoire d’une semaine.

Le repos consiste à ne pas travailler, ne pas avoir d’enfants en bas âge à s’occuper à la maison c’est à dire réserver une semaine pour soi-même uniquement. N’oubliez pas que l’emplacement de l’implant qui est réalisé la première fois est pour la vie.

Lorsque qu’un implant est mis dans le corps humain, ce dernier, ne le « reconnaissant pas » comme lui « appartenant », il l’isole, créant comme « une chambre » à part en fabriquant une membrane fine, souple, imperceptible et imperméable tout autour de l’implant. Cette réaction physiologique est normale et constante quand l’organisme humain est en présence d’un corps étranger. La fabrication de cette membrane se fait essentiellement durant la première semaine, raison pour laquelle le repos est indispensable. Effectivement ne pas se reposer c’est prendre le risque de perturber cette réaction à corps étranger et d’induire la fabrication d’une membrane plus épaisse qui s’appelle alors « coque ». Une coque selon son intensité, c’est à dire son épaisseur, induit une rétraction des tissus sur l’implant pouvant aller jusqu’à une déformation visible, dure et douloureuse au toucher.

Ce phénomène de coque peut survenir aussi, plus rarement, plusieurs années après, sans causes particulières et de façon imprévisible.

Lorsque qu’une « coque » existe et est gênante, une reprise chirurgicale est nécessaire qui consiste en la libération ou l’ablation de cette membrane trop épaisse. Le sein redevient alors souple.

Le résultat

Il est obtenu à partir d’un mois mais les seins ne prennent leur forme définitive qu’après trois à six mois. Il s’agit d’une opération donnant d’excellents résultats esthétiques et un apport psychologique important.