Amplification du point G Après bien des controverses sur son existence, le «point G» est aujourd'hui reconnu comme l'équivalent de la prostate féminine.

Après bien des controverses sur son existence, le «point G» est aujourd’hui reconnu comme l’équivalent de la prostate féminine. Sa stimulation est à l’origine de l’orgasme dit vaginal. Le point G est une zone érectile de 2 à 3 cm de grand axe située dans la paroi vaginale antérieure à 3 cm de l’orifice vaginal, à mi-chemin entre le pubis et le col de l’utérus.

Sa taille et sa sensibilité sont variables d’une femme à l’autre. Il possède sa propre réactivité musculaire aux diverses stimulations, ainsi qu’une fonction exocrine (excrétion du fluide vaginal).

L’intervention

Son fonctionnement peut être perturbé et entraîner au fil du temps une baisse du désir. Les causes peuvent être diverses : d’origine hormonale (baisse des hormones avec le temps), également anatomiques(après accouchement, après une chirurgie pelvienne, périnéale…) ou psychologiques.

Une réponse peut être proposée avec «l’amplification du point G» permettant d’exposer cette zone érogène pour qu’elle soit plus facilement stimulée. Il s’agit d’une injection de 2 à 3 ml d’acide hyaluronique, produit naturel et résorbable.

Cette injection est quasi indolore et réalisée en ambulatoire. L’augmentation de volume de cette zone va la rendre plus facilement stimulable, et permet d’améliorer ces troubles sexuels.

Cette technique constitue le seul traitement de rajeunissement, de soutènement de cette zone érogène tissulaire, modifiée au cours des différentes périodes génitales féminines. L’effet dure entre huit mois et 1 ,5 an.

Les effets indésirables sont rares : douleurs au point d’injection, réaction inflammatoire locale (moins de 5%). En revanche, un saignement superficiel est fréquent juste après l’injection.